Aller au contenu | Aller aux infos pratiques | Aller au menu pratique | Aller au menu principal | Aller au plan | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Mairie de PEROLS

www.ville-perols.fr

Infos pratique

  • Services publics
  • Nouveaux arrivants
  • Transports
  • Déchets
  • Port
  • Marché
  • Plan de Pérols

Menu principal

 

Recherche

Accueil  >  Actualités  > L’acte héroïque d’un policier municipal de Pérols

L’acte héroïque d’un policier municipal de Pérols

Publié le 22 février 2016
Le pont des Cabanes à Pérols
Le pont des Cabanes à Pérols

« Alors que j’étais en approche du pont des cabanes enjambant la route départementale des plages, je l’ai vu. Elle était de l’autre côté de la barrière et se préparait à sauter. J’ai pris la seule décision qui s’imposait. J’ai agi », explique celui qui ne veut pas être vu comme un héros, ou un super policer, mais seulement un citoyen ayant le souci de son prochain.

Jean-Gabriel saute de la voiture, court à la barrière. Alors que l’adolescente se lâche, il la retient par le manteau, et ils manquent de basculer ensemble. Ses pieds décollent du sol, mais heureusement, il parvient in extrémis à conserver l’équilibre. « Elle se débattait, et alors qu’elle protestait, je lui criais qu’elle devait vivre, qu’elle ne pouvait pas faire ça, que la vie est belle, et que non pas aujourd’hui, pas avec moi ». Pendant ce temps, les voitures filent en dessous : « je crois que je n’oublierai jamais le 36 tonnes blanc qui est passé au ras du pont. Cela alors que je la tenais à bout de bras. A cet instant, j’ai eu comme une décharge d’adrénaline. D’une main, j’ai réussi à la remonter et malgré sa résistance, je l’ai forcé à passer du bon côté de la barrière ».

Les honneurs, Jean-Gabriel, ne les cherche pas. « De par mon métier, c’est vrai que je suis toujours en alerte. Ce que j’ai accompli, c’est avant tout un acte citoyen. Mais je ne peux pas croire que je sois le premier à l’avoir vu. En dessous les voitures passaient, sur le pont également. Et même lorsque nous cherchions à la maitriser, alors qu’un homme d’âge mûr et une dame m’avaient rejoint, des automobilistes étaient occupés à nous contourner. Je ne veux pas chercher à être moralisateur. Pour ma part, mes actions ont été dictées par ma conscience, et je suis heureux que cette histoire se termine bien ».

En Pratique

Plan du site